Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/100/sda/5/7/tvnomade/rss.php:1) in /mnt/100/sda/5/7/tvnomade/layout/lib.cache.php on line 133

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/100/sda/5/7/tvnomade/rss.php:1) in /mnt/100/sda/5/7/tvnomade/layout/lib.cache.php on line 135

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/100/sda/5/7/tvnomade/rss.php:1) in /mnt/100/sda/5/7/tvnomade/layout/lib.cache.php on line 135

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/100/sda/5/7/tvnomade/rss.php:1) in /mnt/100/sda/5/7/tvnomade/layout/lib.cache.php on line 135

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /mnt/100/sda/5/7/tvnomade/rss.php:1) in /mnt/100/sda/5/7/tvnomade/rss.php on line 165
TV Nomade http://tvnomade.free.fr/index.php fr 2007-12-04T20:03:26+01:00 daily 1 2007-12-04T20:03:26+01:00 danger émissions toxiques ! http://tvnomade.free.fr/index.php?2007/12/04/166-danger-emissions-toxiques 2007-12-04T20:03:26+01:00 fr tvnomade Quoi de Neuf docteur ! Concentration-désinformation-aliénation-contrôle-social-formatage-pensée unique : danger émissions toxiques ! Vendredi 07 décembre 2007 à l'Embobineuse (Marseille) http://medias-solidaires.net/spip.php?article28 Concentration-désinformation-aliénation-contrôle-social-formatage-pensée unique : danger émissions toxiques !

Vendredi 07 décembre 2007 à l'Embobineuse (Marseille)

http://medias-solidaires.net/spip.php?article28

Pendant que la télé continue a vendre à Coca Cola des minutes de cerveau disponible et a nous raconter le pays des rires et des chants et des monstres gentils, ça s'agite du côté des médias libres de Paca.

Ça fabrique, avec les moyens du bord, des images qui servent à rassembler, à informer, à foutre le souk, à interroger, à inventer uneimage de nous mêmes et du monde qui nous ressemblent. Ça crée des réseaux, des télés-brouettes en poussette, des solutions de diffusion vidéo alternatives à youtube, des DVD multilingues autoproduits et des festivals intergalactiques.

Une soirée avec des images et des infos de PACA : Primitivi, IPE, Tabasco, Airelles, Protis, Nawak, Marsnet, Spid, fédération des Vidéo de pays et de quartier (FVDPQ), O2ZoneTV...

Mais pas que : Canal Ti Zef (Brest), Regarde à vue (Paris), TVbruits (Toulouse), Indymédia Grenoble, Vidéo sur Marne...
Mais pas que : ViveTV (Venezuela), Señal 3 (Chili)
& much much more !!
Stand copyleft (amène tes dvd vierges).

  • Contacts :

Nicolas Burlaud (Primitivi) : nicoburlaud@hotmail.com - 06 62 46 14 06 Cédric Lefebvre (Apeas) : cedric.lefebvre@apeas.fr - 04 91 99 02 40 - www.apeas.fr

  • L'Embobineuse 11 Bld Bouès 13003 Marseille -

http://www.lembobineuse.biz/agenda/... - 04 91 50 66 09

Programmation prévue

Programmation non définitive, mais le 7 décembre vous pourrez voir sur grand écran ou visionner au calme ou faire des copies de :

  • Tabasco vidéo (Marseille, http://www.tabascovideo.com) : Paroles

de comptoir - Les grèves, les régimes spéciaux, ambiance un soir à l'Équivoque, 7' .

  • Nawak (Marseille, http://kollectifnawak.marsnet.org) : Soutien à

la Commune de Oaxaca (Mexique)- Retour sur le mouvement populaire de Oaxaca, 14'.

  • Primitivi (Marseille) : La loterie Sarkozy - Un an après la

circulaire Sarkozy, action du RESF devant le bureau des étrangers, 10'.

  • SPID (Aubagne, http://www.documentaires.info/) : Manif contre ITER, 10'.
  • IPE (Marseille, http://www.ipeprod.org/) : sortie d'usine 5'.
  • Airelles (Aix, http://vdpq.free.fr/site_VDPQ/adher...) : contre

pub sur l'environnement réalisés par des enfants, 1'30.

  • Protis (Marseille) : retour sur les luttes sociales de Lu et de

Lustucru, 15'.

  • 360° et même plus (Marseille, http://360etmemeplus.free.fr/) : 5

films sur l'action du RESF. Sedat Tastan, chronique de l' acharnement de la préfecture et du soutien du RESF, 25'.

  • KalamityFrame (Marseille, http://www.kalamityframe.com/) : La

fête du libre 2007, 15'.

  • Ecole Supérieure d'Audiovisuel (Toulouse) : La grêve vue de l'intérieur.
  • Regarde a vue (Paris, http://regardeavue.com/) : Sun is

shinning, fiction noir et blanc, 11'.

  • Canal Ti zef (Brest, http://www.canaltizef.infini.fr/) : Brest

vu par..., 10'.

  • TV Bruits (Toulouse, http://tvbruits.org/) : AG de cheminots,

novembre 2007, 10' - Action du Dal 17'.

  • Indymedia Grenoble : Occupation de Radio bleue pendant le

mouvement anti CPE , 14'.

  • Senal3 (Santiago, Chili) : Control social, révoltes et

répression au chili aujourd'hui, 10'.

  • Apatapela présente (Marseille-Chili, http://www.apatapela.org) :

Sumariados : la répression du mouvement pour les droits des Mapuches, 5'.

  • TVNomad (Bamako Mali, www.dailymotion.com/TVnomade) :

L'expérience des centres d'écoute communautaires, 24'.

Un coup de projecteur sera également donné sur un certains nombres de DVD, qui seront disponible à prix libre ou copiables sur place :

  • Collectif des Medias Libres de Paca (et pas que) : compilation

des sujets diffusés lors de la première rencontres des medias libres de Paca et pas que au Daki Ling.

  • Video Network – international DVDzine. L'objectif est de publier

régulièrement un DVD international destiné à favoriser la diffusion des luttes vidéos créatives à caractère social ou culturel de collectifs indépendants. La réalisation de chaque numéro serait confiée à un collectif pour ce qui est de la création de l'interface et de la jaquette. Chaque numéro serait traduit et sous-titré dans les langues des collectifs participants. Collectifs présents sur le N° Zero : - Señal 3 (Chili) - Camcorder Guerilla (Ecosse) - Revolt Video (Irlande) - Les Lucioles (Quebec) - Canal Ti Zef (France) - Regarde à vue (France)

  • Coleres du Temps 2006 et 2007 : deux DVD compils des productions

de Regarde à vue (Paris)

  • Banlieues Hackmovies Une co-production entre Global Project

(italie), radio Sherwood (italie), Regarde A Vue, radio Fréquence Paris Pluriel et le Mouvement de l'Immigration et des Banlieues. DVD multimédia sur l'urgence sociale dans les banlieues montrant une vision à bâtons rompus du combat politique, des habitants, associations et étudiants d'Ile de France ou d'ailleurs.

  • B(R)est Of 2007 : DVD compil des productions de Canal Ti Zef
  • Brest vu par... : DVD compil canal Ti zef

Soirée de Projections mais pas que !!

On espère que cette soirée permettra d'échanger des infos, voire de participer à l'organisation et a la structuration d'un Tiers secteur mediatique en Paca. On aimerait bien aborder les thèmes suivants :

  • Les licences d'échange de contenus non marchands : le copyleft,

la licence creative commons,

  • L'actualité des médias libres, la suite de l'appel de Marseille

lancé en 2006 et repris lors des Rencontres d'Aubagne le 25 novembre,

  • Les sites de publication vidéo libres : exemples existants

(video base project, video base feed,...) , état des lieux du travail mené à Marseille par Marsnet,

  • La fermeture d'Indymedia Marseille : quelles perspectives ?

Cette soirée s'articule autour d'une projection et la part belle est donnée aux collectifs qui produisent de la vidéo, mais les médias libres agissent et s'organisent aussi dans d'autres domaines. Seront également présents Le Ravi, CQFD, Plan B, Radio Grenouille, Radio Galère

]]>
Théâtre-Forum au secours des jeunes http://tvnomade.free.fr/index.php?2007/09/26/165-theatre-forum-au-secours-des-jeunes 2007-09-26T18:03:10+02:00 fr tvnomade Quoi de Neuf docteur ! Selon Kari Bokola Coulibaly, comédien, la GTZ a choisi d’informer le public sur le projet à travers la pièce de théâtre parce qu’avec la présentation théâtrale, on est plus proche de la population. « L’information peut passer inaperçue à la télé, mais les gens suivent avec attention la présentation théâtrale » ajoute-t-il. Message essentiel : inciter les jeunes à rester dans le pays et travailler Selon Kari Bokola Coulibaly, comédien, la GTZ a choisi d’informer le public sur le projet à travers la pièce de théâtre parce qu’avec la présentation théâtrale, on est plus proche de la population. « L’information peut passer inaperçue à la télé, mais les gens suivent avec attention la présentation théâtrale » ajoute-t-il.

Message essentiel : inciter les jeunes à rester dans le pays et travailler

Former des jeunes à monter des projets, leur trouver des financements et les suivre : sont des solutions envisagées par l’ONG allemande GTZ PIFD pour créer des emplois afin de réduire la pauvreté et l’immigration.
Pour créer des emplois afin de réduire la pauvreté et l’immigration. Pour la mise en œuvre de ses idées, elle vient de mettre en place un projet en collaboration avec les réseaux de micro crédits et le Centre de formation en Banque et micro finance (CFBM).
La micro finance est un moyen de lutter contre le chômage si les systèmes sont bien mis au point. Mais, malgré son existence depuis des années dans notre pays, le chômage, qui est à la base de la pauvreté et de l’immigration, progresse sans cesse. La GTZ impute cet état de fait à un manque de formation et de suivi après l’accord de prêt.
C’est pourquoi, elle vient d’initier un projet qui consiste à former en un bref délai des jeunes à la gestion et au montage de projet.
Les formations, assurées par le CFBM, sont gratuites. Elles concernent toutes les personnes désirant monter des projets. Pour y accéder, il suffit de former un regroupement de 2 ou 3 personnes minimum et prendre contact avec le CFBM.
« Notre centre est chargé de former le groupements. Après la formation, il les aides trouver des fonds. Il intervient également pour diminuer le taux de remboursement », explique un agent du CFBM.
Pour informer le public de l’existence du projet, GTZ PIFD organise du 15 septembre au 15 octobre, en collaboration avec le CFBM et les réseaux de micro finance, une tournée théâtrale dans plusieurs quartiers du district et ses alentours avec la troupe Toblji de Kary Coulibaly dit Madou Woro.



Dans le cadre de cette tournée, la troupe Tobodji était à Sabalibougou au centre culturel ATD Togola. La pièce qu’elle a présentée se joue en deux temps : une présentation sur la micro finance et un forum dans lequel on ouvre le débat entre le public et les comédiens sur la micro finance et le projet.



Selon Kari Bokola Coulibaly, comédiens, la GTZ a choisi d’informer le public sur le projet à travers la pièce de théâtre parce qu’avec la présentation théâtrale, on est plus proche de la population.
« L’information peut passer inaperçue à la télé, mais les gens suivent avec attention la présentation théâtrale » ajoute-t-il.
Message essentiel : inciter les jeunes à rester dans le pays et travailler

SOURCE : L’Echos n°2963 du 24 septembre 2007

]]>
Télébrouette à la Fête du Plateau de Marseille http://tvnomade.free.fr/index.php?2007/09/25/164-telebrouette-a-la-fete-du-plateau-de-marseille 2007-09-25T19:35:08+02:00 fr tvnomade Quoi de Neuf docteur ! Pour la "fête du plateau" Diffusion des nouveaux et anciens films réalisés par TVnomade - l'expérience des Centres d'écoute Communautaires (Bamako) 35min - Paroles de jeunes (mauritanie) 10 mn - Paroles d'artistes (mauritanie) 20 mn - Hip hop in da mix (mauritanie) 26 mn Présentation et... Pour la "fête du plateau"
Diffusion des nouveaux et anciens films réalisés par TVnomade

- l'expérience des Centres d'écoute Communautaires (Bamako) 35min
- Paroles de jeunes (mauritanie) 10 mn
- Paroles d'artistes (mauritanie) 20 mn
- Hip hop in da mix (mauritanie) 26 mn


Présentation et diffusion
Samedi 29 septembre à 19h
au 5 rue crudère
chez "les 3 louches"
Quartier de la plaine / Cours julien 13006 Marseille

Venez y nombreux !

]]>
"LE PESTIFERE" Court-Métrage http://tvnomade.free.fr/index.php?2007/09/21/163-le-pestifere-court-metrage 2007-09-21T21:22:13+02:00 fr tvnomade VIDEO Ce court-métrage a été réalisé par la jeune association malienne A.P.Dev et TV nomade dans le cadre d'une action de sensibilisation et d information sur le VIH sida prévue dans différents lycées de Bamako.
LePestiféré
envoyé par TVnomade]]>
ATELIER PHOTO avec les jeunes du Centre d'écoute de Sabalibougou (Bamako) http://tvnomade.free.fr/index.php?2007/09/16/162-atelier-photo-avec-les-jeunes-du-centre-d-ecoute-de-sabalibougou-bamako 2007-09-16T17:01:30+02:00 fr tvnomade NOS ATELIERS Cet atelier s'est dérouler le mardi et jeudi après midi de 14 h à 17 h pendant 1 mois avec 6 jeunes du centre d’écoute de sabalibougou. L'objectif : favoriser une prise de conscience de l’omniprésence de l’image et de la photo et de son pouvoir de communication et d’information. Les élèves ont pu apprendre à utiliser l’appareil photo numérique et l’ordinateur pour produire des images qui ont ensuite étaient monter sous forme de diaporama à l’aide d’un ordinateur. Les enfants ont pu prendre individuellement une série de photo suivant les règles imposés et les thèmes définis par les animateurs. Cet atelier s'est dérouler le mardi et jeudi après midi de 14 h à 17 h pendant 1 mois avec 6 jeunes du centre d’écoute de sabalibougou.

L'objectif : favoriser une prise de conscience de l’omniprésence de l’image et de la photo et de son pouvoir de communication et d’information. Les élèves ont pu apprendre à utiliser l’appareil photo numérique et l’ordinateur pour produire des images qui ont ensuite étaient monter sous forme de diaporama à l’aide d’un ordinateur. Les enfants ont pu prendre individuellement une série de photo suivant les règles imposés et les thèmes définis par les animateurs.

Matériel utilsé : 2 appareils photo numériques, un trépied et un ordinateur pour transférer les images avec Picassa 2 et Windows Movie Maker pour la retouche et le montage du diaporama

Les Animateurs : birama Coulibaly et olivier Fabre


Déroulement de l’atelier

Etape 1 : mise en place de l’atelier et initiation technique

Contenu : théorie (vocabulaire et exemple) + pratique accompagnée Activité : Prise de vue et visualisation immédiate sur les ordinateurs Objectif : Acquisition des connaissance de base et premières approches avec le matériel.

Nous commençons d’aborder le sujet de la photographie par les expériences des enfants et les types d’appareils qu’ils connaissent. Nous nous interrogeons sur les raisons de prendre des photos, les types de photos qui existent, leurs lieux et les raisons d’être. Avec les élèves, nous cherchons les parties et fonctionnalités clés d’un appareil classique et nous les comparons avec l’appareil numérique. Nous expliquons les différentes parties de l’appareil avec leur terminologie et nous donnons les types d’appareils permettant de prendre des photos

Les enfants nomment l’appareil photo classiques avec pellicule et l’appareil numérique lors qu’on les interroge sur l’outil nécessaire à la prise de photos.

La caméra vidéo permet aussi de faire des photos, ce qui nous donne l’occasion de parler de la liaison entre la photo et le film qui n’est d’autre qu’une grande quantité de photos qui défile rapidement avec son. Dès 12 images par seconde, nous ne distinguons plus la séparation entre les images et percevons un flux continu, un mouvement

Nous avons utiliser des magazines pour illustrer les différents types de photo, les enfants ont appris à lire et à interpréter une image. Nous avons ensuite à chaque début de scéance d'atelier donner quelques notions importante de la photographie en français et en Bambara pour être bien sûr que les jeunes comprennent.



Nous avons donc abordé :

La différence entre l'argentique et le numérique

L’appareil photo

Il est bien de connaître le principe de la camera obscura sur lequel repose le fonctionnement de tout appareil optique.
Les rayons lumineux reflétés de l’image entrent par l’objectif dans l’appareil.
L’objectif est un petit tube rond à l’avant de l’appareil qui contient l’optique composée de lentilles, prismes et dont le rôle est de guider les rayons lumineux vers la surface sensible de la pellicule et du capteur. Cette surface est normalement toujours cachée par l’obturateur qui s’ouvre seulement au moment où la photo est prise en appuyant sur le déclencheur.
Sur de nombreux appareils il est recommandé et même indispensable d’enfoncer le déclencheur à moitié juste quelques instants pour permettre aux composants concernés de faire la mise au point et mesurer la lumière admise. On peut alors si besoin recadrer l’image et finir d’appuyer pour prendre la photo.

L’obturateur contrôle la durée du temps d’exposition c’est-à-dire la durée pendant laquelle la lumière va pouvoir pénétrer jusqu’au capteur. La ‘vitesse de l’obturateur’ sera fixée en fonction du sujet photographié -s’il est fixe ou animé, sans oublier son environnement comme par exemple des feuilles qui bougent à ses cotés.

La quantité de lumière qui pourra entrer dans l’appareil est limitée par l’ouverture du diaphragme. Il fonctionne comme l’iris de notre œil. Plus la lumière est forte plus fermé sera le diaphragme.

La camera obscura

Il n’est pas hasardeux de dire que l’origine de l’appareil photographique remonte à l’Antiquité. En effet, lors d’une éclipse de soleil, Aristote observa dans une pièce dans laquelle entrait seulement un rayon de lumière par un orifice circulaire que l’image de l’éclipse apparaissait inversée sur le mur opposé. C’est le principe de la chambre noire, la camera obscura, laquelle connaîtra des améliorations à partir de la Renaissance: l’orifice est équipé d’une lentille ; le rayon lumineux est fléchit par un miroir; ses dimensions sont réduites (au XVIIe siècle) pour réaliser des chambres portatives

La caméra obscura fut utilisée pendant des siècles comme table à dessiner par calquage. Elle permettait de dessiner facilement la perspective. La chambre noire n’évolua presque pas pendant très longtemps, même après l’invention de la photographie.

Exemple avec le livre sténopés d’afrique qui a été réalisé suite à un atelier photo il y a quelques années avec également des jeunes du centres amis aussi des jeunes de Mopti et Gao. Un trés bel ouvrage nous vous le conseillons

Le cadrage

Lorsqu’on prend une photo (ou quand on dessine une image) on doit choisir un extrait de la réalité.
On appelle ça le ‘cadrage’. Avec les lignes et la répartition des masses et de la luminosité, Il permet au photographe de s’exprimer, d’extérioriser une impression ou un sentiment. C’est à travers le choix de l’extrait qu’on peut influencer le spectateur et lui communiquer des éléments qui ne sont pas visibles sur la photo. C’est aussi le cadrage qui attire et guide le regard. Le regard suit normalement une ligne imaginaire qui forme un ‘Z’, commençant en haut à gauche et se terminant en bas à droite sur les points forts de l’image marqués par des points rouges ci-après. Si aucun élément ne vient retenir le regard, le spectateur va passer à l’image suivante.

Le format

Depuis de nombreux siècles, les architectes, peintres et plus tard les photographes, se servent des mêmes repères basés sur le nombre d’Or. Ce nombre d’Or détermine le rapport idéal de la largeur à la longueur d’un cadre, d’une ouverture dans un bâtiment (porte, fenêtre) et même d’un écran de télévision et est directement issu du champ de vision de l’œil. Grosso modo il correspond au rapport 2/3 que l’on retrouve par exemple en 24x36 ou en 6x9, 10x15 etc.
Un cadre de cette taille peut être couché : il est au format ‘paysage’ ou debout : il est au format ‘portrait’.

Cela ne veut pas dire qu’on est obligé de prendre les paysages au format ‘paysage’ et des personnes au format ‘portrait’.

Exercice pratique :
Chaque atelier les jeunes devaient prendre une série de photo en respectant l’échelle des plans (gros plan, plan moyen, américain, plein pied) le style et les mesures de sécurité définie par les animateurs

Styles de photographies

Le portrait

Ils apprennent à viser et remarquent le décalage entre l’image vue dans le viseur et la photo réellement prise. Le décalage entre le moment où ils appuient sur le déclencheur et le moment où la photo est prise est aussi bien mis en évidence.

Le mouvement

Pas facile de capter le mouvement...
Personnes et objets en mouvement ne sont pas faciles à prendre en photo. Les élèves se rendent rapidement compte des problèmes lors qu’ils essaient de photographier des enfants qui jouent ou qui courent.

Le paysage (décor)
Les enfants ont appris à choisir un décor, à faire une photo stable à l’aide du trépied

Echelles de plans
- plan d’ensemble / plan général
- plan moyen / américain
- gros plan / très gros plan

Etapes pour prendre une photo et mesures de sécurité
1. Mesure de sécurité : Passer la main dans la dragonne pour éviter que l’appareil tombe.
2. Allumer l’appareil en tirant la trappe qui protège l’objectif
3. Mesure d’économie : éteindre l’affichage de l’écran pour économiser les piles
4. Cadrer le sujet à prendre en photo en faisant attention à la lumière (choisir le format – paysage ou portrait - et tenir l’appareil droit) Penser au décalage d’hauteur entre l’image vu dans le viseur et la photo réellement prise
5. Faire attention aux doigts qui pourraient être devant l’objectif
6. Appuyer suffisamment longtemps sur le déclencheur pour permettre à l’appareil de faire les mesures et de prendre la photo. Un signal sonore m’indique que la photo a été prise.
7. Vérifier la prise sur l’écran qui affiche la photo pendant quelques secondes.
8. Donner l’appareil au prochain élève – ce n’est pas lui qui m’arrache l’appareil des mains !!!!

Les images prises sont travaillées sur ordinateur dans la séance suivante. Le recadrage et diverses manipulations comme la correction de la luminosité et du contraste mais aussi l’application de filtres. Les élèves manipulent avec passion leurs clichés pour obtenir des séries d’images, étranges, artistiques. Ils se rendent compte qu’une image peut complètement changer en fonction de son éclairage et des couleurs. Des photos d’un premier abord ‘ratées’ peuvent être source d’intéressantes productions.



Etape 2 : Réalisation individuelle d’un reportage photo sous forme de diaporama
Contenu : pratique individuelle accompagnée
Activité : Prise de vue et montage virtuel sur ordinateur
Objectif : Utiliser les compétences acquises et réaliser un témoignage numérique

A l’extérieur : prise de vue dans le quartier avec des consignes précises sur le thème.
Les Consignes :
-prendre 60 photos par personnes
-Respecter l’échelle des plans et varier l’angle de prise de vue
-Après chaque série thématique les enfants rentreront au centre pour transférer les photos

Les thèmes :
1 / c’est quoi ma vie - quotidien - amis - logement - famille - travail

2 / ça me rend heureux - un projet - un souvenir - quelque chose - quelqu’un - une activité - un endroit

3 / ça me met en colère - un endoit - quelque chose - quelqu’un - un comportement

4 / j’ai des idées... je veux agir

A l’intérieur : en salle informatique
image à exploiter. (Manipulation des dossiers, du logiciel, ouvrir l’image dans le logiciel, la recadrer, différentes propositions)
Une fois les prises de vues finies, les enfants sont amenés à travailler les photos sur l’ordinateur à l’aide de picassa 2 (recadrage, retouche lumière et couleur, effet). Ils ont ensuite sélectionner les meilleurs clichés afin de préparer le diaporama. Le montage a été fait avec le logiciel movie maker (titrage, bande son, transitions) accompagné par un animateur.
-montage mode diaporama
-mixage photo et son
-finalisation du montage
-réalisation du master cd-rom



Voici quelques prises de vues que les jeunes ont réalisés au cours de leur expérience






































Objectifs pédagogiques

La photographie numérique a les mêmes intérêts pédagogiques que la photo argentique, mais présente certains avantages, notamment le fait de pouvoir prendre de nombreuses photos sans frais supplémentaires et de pouvoir les visualiser quasi immédiatement sur l’écran de l’appareil ou les ordinateurs, même unitairement et quotidiennement ! La modification des photos (recadrage, retouche) est devenue simple grâce à des logiciels qui sont à la porté même des plus petits et permet de multiples utilisations.

L’exploitation et la mise en valeur des travaux réalisés se feront en tant que diaporama sur ordinateur ou cd-rom ainsi que sur le blog du centre ou lors de la participation à des projets et concours.

L’image numérique peut développer toute son utilité dans l’ensemble des matières. Documenter et illustrer des travaux et sorties, les événements et fêtes, comme support de production d’écrites et moyen de mémorisation, d’observation, la photo s’utilise en arts plastiques sciences, langues,...

L’appareil comme l’ordinateur sont des outils au service des disciplines et cet atelier développe tout son intérêt lors de l’implication de la photo comme support d’apprentissage.

Compétences transversales

1. Construction de sa personnalité, autonomie, vie sociale.

L’enfant reconnaît son corps. Il reconnaît l’autre. Il imagine et crée des histoires, des situations de jeux. Il commence à différencier le réel de l’imaginaire. Il est sensible à des valeurs esthétiques et exprime ses préférences. L’enfant développe son sens esthétique et manifeste son besoin de créer. L’enfant affirme ses choix et ses goûts esthétiques. Il peut les expliciter et les faire partager. Il développe sa créativité. Il se montre inventif, curieux de toutes formes d’arts, tels que le cinéma, la photo, le théâtre…

2. Désir de connaître, Envie d’apprendre.

L’enfant s’intéresse aux questions concernant les hommes, les animaux, les plantes, les phénomènes naturels. Il est capable d’observer, d’interroger, de verbaliser ce qu’il comprend.

3. Concepts du temps et de l’espace.

L’enfant se situe dans un espace donné (le quartier) et sait parcourir un itinéraire simple. Il situe les évènements de la vie quotidienne. Il se situe dans le temps présent, la journée, la semaine. Il repère des déroulements chronologiques. L’enfant compare des réalités à des échelles différentes.

4. Traitement de l’information.

L’enfant fait un compte-rendu de visite, de manipulation, d’observation. Il est capable d’utiliser un appareil audio-visuel courant.

Compétences dans les disciplines

1. Découvrir le monde. Observer, classer, comparer des éléments pris dans le monde animal, végétal, minéral. Utiliser des objets techniques simples (appareils photo), et avec le maître un ordinateur. Passer du vécu au perçu (temps et espace).

2. Sciences et technologie. Utiliser de façon raisonnée des objets techniques.

3. Histoire Géographie. Lire une photo en tenant compte de l’angle de vue. Distinguer les différents plans. Utiliser des outils diversifiés (documents informatiques et audio-visuels).

4. Arts plastiques. Jouer avec les formes, les couleurs, les objets, les images. Découvrir des procédés d’expression. Trouver des idées à réaliser à partir d’objets, d’images. Réaliser une production en fonction d’une intention (règle d’organisation des formes, des couleurs, des images).

]]>
Conseil d'Utilisation http://tvnomade.free.fr/index.php?2007/09/15/141-conseil-d-utilisation 2007-09-15T12:22:42+02:00 fr tvnomade VIDEO chers amis petit conseil pratique pour pouvoir lire nos vidéo sans coupures si jamais vous ne bénéficiez pas d'une ligne Haut Débit double cliquez pour le loading de la vidéo , mettez vous sur pause puis attendez que la barre de téléchargement soit totalement grisée , et voilà vous pouvez... chers amis petit conseil pratique pour pouvoir lire nos vidéo sans coupures si jamais vous ne bénéficiez pas d'une ligne Haut Débit

double cliquez pour le loading de la vidéo , mettez vous sur pause puis attendez que la barre de téléchargement soit totalement grisée , et voilà vous pouvez déguster !!! have a good one

et surtout n'hésitez pas de nous envoyer vos commentaires, critiques, propositions et autres n'est ce pas ! allez à bon entendeur kan B

]]>
Ibrahim Ag Bahanga, le rebelle touareg http://tvnomade.free.fr/index.php?2007/09/15/161-ibrahim-ag-bahanga-le-rebelle-touareg 2007-09-15T12:21:15+02:00 fr tvnomade Revue de Presse Ind. Ibrahim Ag Bahanga, le chef du groupe armé touareg ayant enlevé à la fin du mois d'août plusieurs dizaines de militaires au nord du Mali et tiré mercredi sur un avion militaire américain, défie régulièrement le gouvernement malien depuis près de vingt ans. (BIO-PORTRAIT) Par Serge DANIEL Ibrahim Ag Bahanga, le chef du groupe armé touareg ayant enlevé à la fin du mois d'août plusieurs dizaines de militaires au nord du Mali et tiré mercredi sur un avion militaire américain, défie régulièrement le gouvernement malien depuis près de vingt ans. (BIO-PORTRAIT) Par Serge DANIEL

Ag Bahanga, âgé d'une quarantaine d'années, est un touareg du massif de l'Adrar des Iforas (nord-est du Mali), région frontalière avec l'Algérie. Il est originaire de la tribu des Ifourgoumousanes et ne parle pratiquement pas français. A la fin des années 1980, il reçoit une formation militaire en Libye avant de rejoindre en 1990 le Mouvement populaire de l'Azawad, le principal mouvement de la rébellion touareg, dirigé par Iyad Ag Ghaly. En 1992, à la fin du conflit, il refuse le garde de caporal-chef qui lui est proposé dans le cadre du processus de réinsertion des anciens combattants touareg au sein de l'armée régulière malienne, et retourne s'installer dans le nord-est du Mali. Il reprend une première fois les armes en 1999, lorsqu'il enlève des militaires de l'armée malienne pour réclamer un statut de commune rurale à son village, Intadjédi. Suite à une médiation algérienne, cet homme souvent décrit comme "agité", obtient gain de cause et libère ses otages. Au début des années 2000, il séjourne plusieurs mois au Pakistan "pour une formation spécifique". Selon son entourage, il y aurait reçu des enseignements "religieux", mais d'autres sources affirment qu'il y a également suivi une formation militaire. Selon des sources gouvernementales maliennes, il serait fiché depuis ce séjour par les Etats-Unis comme terroriste, mais cette information n'est pas officiellement confirmée par les autorités américaines. A son retour du Pakistan, il arbore une barbe, mais ne change que partiellement ses habitudes, conservant un goût prononcé pour les voitures de luxe et les lunettes fumées. Ibrahim Ag Bahanga fait partie du groupe qui attaque en mai 2006 deux camps militaires à Kidal (nord-est), emportant des armes avant de rejoindre les collines de la région. Après les accords de paix signés en juillet 2006 à Alger entre le gouvernement malien et les ex-rebelles touareg maliens regroupés sous la bannière de "l'Alliance démocratique du 23 mai", il est nommé secrétaire aux conflits de l'ex rébellion. Il reprend une nouvelle fois les armes à la fin du mois d'août, sans donner de revendications à ses attaques. Le gouvernement malien l'accuse de vouloir prendre le contrôle du poste-frontière de Tinzaouatine afin de se livrer à des trafics, de drogue notamment.

]]>
LE BALAFON http://tvnomade.free.fr/index.php?2007/09/12/160-le-balafon 2007-09-12T12:57:58+02:00 fr tvnomade VIDEO Vidéo trés instructive sur la conception artisanale du Balafon par Wassoulou Percussions qui est une marque d'instruments de musique spécialisée dans la fabrication des percussions d'Afrique de l'ouest.
Balafon
envoyé par TVnomade

www.wassoulou.com]]>
"Cé ni Muso : Maara Bi" http://tvnomade.free.fr/index.php?2007/09/11/159-ce-ni-muso-maara-bi 2007-09-11T14:44:48+02:00 fr tvnomade VIDEO Filles/Garçons : L'éducation aujourd'hui Film réalisé d'octobre à décembre 2006 par les élèves du lycée Prosper Kamara (Bamako, Mali) dans le cadre d'un atelier d'expression audiovisuelle, mise en place par les Ateliers Nord Sud.
Filles/Garçons : L'éducation aujourd'hui
envoyé par MirabelleDjoliba

Ecrit par :
Djorobo Camara, Nassoum Camara, Assetou Diallo,Kady Konaté

Encadrement Mirabelle :
Bernard Diallo, Zoumana Doubmia, Batoma Mallé

Encadrement Atelier Nord Sud :
Céline Choquer, Mathieu Cretté, Thomas Lampis

Montage : Mathieu Cretté

Dessins : Zoumana Doumbia
Musique
"first Jam" (sweet smoke)
'Den Ko (Habib Koité)

Avec l'aimable participation de :
Père Aldo, Ernest Arama, Famille Camara (Hamdallaye), Christine Chambon, Togo Fatoumata Coulibaly, Agnès Dembelé, Sylvain Fomba, Mohamed Kamena, Djeneba Keïta, Gilbert Ky, Kalidou Ali Maïga, Soeur Rosalie
Coulibaly Irene Sangaré, Touré Haby Sy, Paul Maxime Traoré]]>
10 jours au Camp de Réfugié de Faragouana prés de Sikasso au Mali http://tvnomade.free.fr/index.php?2007/09/09/158-10-jours-au-camp-de-refugie-de-faraguarah 2007-09-09T12:58:04+02:00 fr tvnomade TRIP TO AFRICA 2007 Reportage Photo et témoignage par Amélie et Eamon de leur temp passé dans le camp de transit de Faragouana, l'un des derniers camp de réfugié au Mali. (version en anglais) Reportage Photo et témoignage par Amélie et Eamon de leur temp passé dans le camp de transit de Faragouana, l'un des derniers camp de réfugié au Mali. (version en anglais)

On the 25.04.07 we arrived in the Refugeecamp in Faragouana a littel village along the road going to the Border of Guinee / Conakry. It is a red road, which meens it is not tared, this makes it naturally more difficult for the transport.

It was opened as the second Refugeecamp in Mali for the People who had to leave Iv6rey Caost, when the war in 2002 started. The first one was just near the border (region of Sikasso), but the Wave of people who had to run away and to leave everything behind them didn t stoped. So they opened "Centre de Transit Faragouana"; beside the same named village. The Camp is lying in the green bush of Mali; in this Region is not a lot of grass, the trees are littel and had not so much Fruits to eat on them. The Soil is out of hard red terrakota earth this makes it hard to prepaire the earth for planting the new seeds. The biggest Problem is but there is not enough water so only to have a littel garden is luxury and hard work. The wells of the villages are allready in beginning of April dry, so the people from the village comming in the Camp to get there drinking and cooking water. Now imagine every Family would have a garden.!Not possibel!! On the beginning 500 people been in the Camp, which goes way over the capatizity of the camp, the UNHCR ( United Nation High Commition for Refugees) had to put big Armee Tents up. One Room was for one Family with all what they had on food storage and all what they had on clothes , dishes, fire and so on. In one big hall where over 60 people placed. The houses first got their elektricity from Solarmoduls placed on all the roofs ans the rest was running on generator power. The Food got given by the UNHCR it was exactly listed which family how many rice, beans; oel and so on became. Everybody have the right to go to a doktor, the UNHCR take the costs, they working with another assisioation (AVENUE) together which takes care of the medical and the hygenical part ot Refugees in Mali. The camp got a director which aswell is comming from AVENUE. His function is just there to give the people a helping hand and to secure the place by conflicts between the Refugees but aswell outside. He is not living inside the camp. Otherwise the political strukture in the camp is performed like in a normal village, so the people voting a littel parlament out of a prasident, vice prasident, 4 assistens.



Now five Years later is Faraguarah the last of the two Camps open, it went down from 500 to 68 people ( 39 Children and 23 Adults). Lot s of the Refugees went back to their country to try to start again because to live in the Camp is very hard, very few of them got the chance to go to Amerika, Canada and Sweden.
In the minute living in the Camp mostly Ivoriens, one Togolese, one Family from Liberia, and one Family from Ruwanda. All of them finding live really hard, because they can t get jobs, the imigration in the village live is not easy, 4 or 5 woman living alone there with their children so they don t can work. And finally is everybody waiting of a helping hand to be migrated some where else to, this feeling of waiting all the time gets ur sol tired after a while. The most Refugees are between 3 and 5 years there waiting!
With the reduction of people came aswell the reduction of help, in this minute the Refugees find themselve infront of big Problems, the UNHCR is sending now the Food aid just unregulary, the last rice order was 6 month late. The batterys for the Solarmoduls are broken and getting not replaced, the generator; one is broken and for the other one is no more money for fuel. When some of the women don t no anymore what to cook, because there is nothing, they driving in the big city Bamako and going around to the churches and begging for surplies. The mens try so good as they can to get something to eat for the Family, but there is no wild meet in the bush which could be hunted.
Naturally the women trying aswell by selling cakes on the market or keeping the last crop and changing it against other Food. But all of it is way not enough to insure a live for a famely.


Our Projekt was to make somethings with the Kids. We arrived in the Afternoon of the 25.04.07 we met the resbonsebil Chef and he intrudused us to the People of the Refugee Camp. We agreed that we would park inside to be the hole time with the people and the Kids together. The Next day after all the administration was done, we started to look arround the Camp to say hello and to get a feeling of the Situation. In the Afternoon the Kiuds started to ask us what we going to do with them. We met us with them in a hall which was empty to this time, took paints, wallpaper which friends of us collected of the streets and let them filling in the different prints on the wallpaper with color. This was good for the kids from the age from 3 to 12 years.



The older ones worked with spraycans and fingercolor. We sprayed different background on to the wallpaper and after after let them prints there hand on to it. After one afternoon of work we found us back with a lot of colorfull wallpapers.


The question was what to do with them we looked all together arround the camp and found a old tree which was allready dead- we pint all the papers on to the tree we even didn t stoped when it got dark.


On the following days we strated with the T- Shirt workshop with the older ones and with the littel ones skulptering a turtel out of sand and stones.

The T-Shirt workshop was for the older ones between 13 and 16 years, we made Theorie and Praxis in one week the workshop was ending in a great printing session , where they had to print over 100 T- Shirts for all people out of the Camp And Friends. It was a great Expirence for us and for them in the same time.



Outside the other group with Kids from 3 to 12 was building the turtel which was not allways easy because of the consantration, the sand flew sometimes more in the air than on to the turtel but it was great fun to. After 4 days a enorm turtel was staying next to the entree of the camp and sais from now on "Hello" to the people which come in. On the end of 10 days full of colorexpirience we made alltogether a big DEKALE COUPE Party. It got danced until 3 o clock in the morning. Everybody was really happy after this days.




]]>